samedi 14 juillet 2018

Dans la lône de Guilherand : lysimaque


Parmi les plantes que j'ai déjà identifiées ici, salicaires, jussie, jonc fleuri, menthe aquatique, une toute petite fleur orangée que j'ai vraiment eu du mal à identifier, surtout parce que les feuillages se mélangent et il m'a fallu agrandir la partie droite,


 pour voir vraiment les feuilles et les boutons, et si l'allure diffère de celle souvent photographiée, elle ressemble beaucoup au dessin proposé par Wikipédia,

lysimaque commune (Lysimachia vulgaris)
 Les autres plantes de la lône sur la page "les lônes" , sur mon autre blog, "Entre Ardèche et Drôme"

lundi 9 juillet 2018

Les fruits du savonnier - Koelreuteria paniculata


Le dernier arbre "remarquable" découvert lors de la visite dans le Parc Jouvet (voir l'article ici). Et remarquable il l'est car cet arbre originaire de Chine et de Corée a beaucoup de vertus, il résiste à la sécheresse et tout est utilisable chez lui : avec ses fruits, son écorce et ses racines on fabrique du savon, d'où son nom. Le feuillage lui, est utilisé comme fourrage pour les animaux, en Afrique notamment. Dans les régions tempérées sa rusticité en fait un arbre d'ornement tant par le port de son feuillage que par ses belles floraisons.
Les fruits si particuliers servent, en Asie,  à fabriquer des bijoux et lui valent aussi le surnom d'arbre aux lampions. 
Son feuillage prend une belle couleur dorée à l'automne d'où son nom en anglais : Goldenrain tree.

 Article dans Wikipedia

dimanche 1 juillet 2018

Sumac vinaigrier - Rhus typhina : attention invasive et allergène


Arbre facilement identifiable à son feuillage et surtout grâce à ses cônes rougeâtres et duveteux, à qui il doit ses surnoms de sumac amarante, sumac à bois poilu ou encore de sumac à queues de renard,



J'ai photographié ces vinaigriers ce matin devant chez moi, près d'une dizaine d'individus ont élu domicile tout autour du parking.
Originaire d'Amérique, il est introduit en Europe en 1624. Cultivé comme arbre d'ornement dans nos jardins, il se reproduit par semis, mais sa graine doit être "digérée" par une estomac animal pour pouvoir germer. C'est surtout par ses rhizomes que le sumac se répand et qu'il est très difficile à éradiquer : il faut écraser toutes les repousses plusieurs années durant pour s'en débarrasser.
Le surnom de vinaigrier lui vient de son acidité, on fabrique une limonade rose à partir de ses fruits. Les amérindiens l'utilisaient contre l'arthrose et la diarrhée. Son cousin Rhus toxicodendro, très toxique, est utilisé en homéopathie.  

Le latex du sumac vinaigrier est allergène par contact.

Voir plus dans l'article de Wikipedia consacré à cet arbuste.

dimanche 24 juin 2018

Balade à Boffres - suite - comme dans un jardin de "simples"

La balade de jeudi dernier, jour de l'été, partait du col de la Justice, 679 mètres, près de Boffres, et déjà sur le parking on pouvait se croire dans un jardin de "simples", je n'ai photographié que trois fleurs parmi les plus "visibles" :


les bleuets tout d'abord, cela fait très plaisir de les revoir,

Achillée millefeuille
 
Matricaire
Pour la dernière j'ai pensé à une camomille, mais ce n'est pas simple de savoir exactement laquelle, si ce n'est que l'on peut écarter d'emblée la grande camomille, Tanacetum parthenium. La forme des feuilles fait penser à la matricaire perforée, Matricaria perforata ou Tripleurospermum inodorum. Elle est considérée comme une invasive et résiste aux herbicides. On hésite aujourd'hui à la classer dans les matricaires. Mais il peut s'agir de la matricaire camomille, Matricaria recutita, qui, elle, est une plante de la pharmacopée. J'ai eu le tort de ne pas sentir les fleurs, cela m'aurait permis de les différencier plus facilement.😓
A voir... Il n'en reste pas moins que ce sont de belles fleurs.


vendredi 22 juin 2018

Les digitales pourpres sur un chemin d'Ardèche


Hier sur le bord du chemin de randonnée entre le col de la Justice et Boffres, les digitales offraient leur beauté vénéneuse et salutaire à la fois.

lundi 18 juin 2018

Onagre - Oenothera - en bord de Drôme


Grande et belle plante en lisière des bois qui longent la Drôme aux Ramières,  aucune des fleurs n'était ouverte, son surnom de "belle de nuit" lui vient-il de ce que les fleurs ne s'ouvrent que le soir ?

On l'appelle encore "herbe aux ânes", "primevère du soir" (bien qu'elle n'en soit pas une)...Plante potagère, ses feuilles se consomment en salade, dans les soupes. Les racines sont consommées la première année, avant que la plante ait fleuri, comme les carottes ou des panais.
Les Anglais la considèrent comme une panacée "royale" , King’s cure-all, notamment contre les rhumes.
Elle est utilisée aussi en cosmétologie.
C'est ce qu'en dit Wikipedia.

Je l'ai tout simplement trouvée remarquable par sa taille, groupées elles étaient encore plus impressionnantes et belle bien que les fleurs soient encore fermées.
Cela peut être l'Oenothera biennis ou l'Oenothera rubricaulis à pétioles rouges, les deux pouvant s'hybrider...
Une vidéo sur la page de  Wikipedia montre l'ouverture de la fleur en temps réel :




jeudi 14 juin 2018

lundi 11 juin 2018

Fleurs de cactus - suite

Deux photographies, deux appareils,

réflex Canon

Téléphone portable Samsung

En haut avec réglages, notamment pour jouer sur le flou, en bas sans, et les couleurs sont plus fidèles.

Il n'en reste pas moins que ce petit cactus s'orne de très belles fleurs éphémères, mais nombreuses.