dimanche 8 décembre 2019

Les fruits du fusain d'Europe



Les fruits du fusain d'Europe sont très facilement identifiables. En automne cet arbuste se couvre de petits fruits roses aux graines orangées. 
Tout est toxique dans le fusain, mais carbonisé, il fournit un charbon de bois très prisé des dessinateurs, auquel il donne son nom. 
Fusain d'Europe Wikipedia


lundi 28 octobre 2019

Histoires de menthes sauvages


Parmi toutes les menthes sauvages j'ai pu identifier deux espèces sur les bords du Rhône à Guilherand Granges, et plus particulièrement dans la lône (*)




 A gauche la menthe aquatique et à droite la menthe odorante

Toutes les deux sont identifiables à leurs inflorescences particulières, qui ne peuvent être confondues avec celle de la menthe en épi, ou menthe verte, leurs feuilles non plus,


J'ai déjà consacré un article à la menthe aquatique (Mentha aquatica), - ICI -   qui pousse pratiquement les pieds dans l'eau, elle est même une bonne fixatrice des berges. La menthe poivrée, dont elle est proche, a été obtenue en Angleterre par croisement avec la menthe verte (pour la sauce à la menthe ?). Elle facilite la digestion, soigne les problèmes de bronches, calme les nerfs, les crampes, les migraines et les insomnie.

La menthe odorante ou menthe à feuilles rondes (Mentha suaveolens - menthe suave) est elle aussi une plante de milieu humide et de sentiers ombragés, commune en milieu méditerranéen. En plus des propriétés médicinales communes à toutes les menthes elle associe des propriétés antibactériennes, anti-oxydantes, plus fortes que pour les autres menthes, et insecticides - contre le charançon du riz (Sitophilus oryzae).

Toutes les menthes sont utilisées depuis longtemps pour  leurs effets toniques, stomachiques et antispasmodiques, le plus souvent en infusion. Elles servent aussi  de condiment. Attention tout de même à ne pas en abuser, en raison de la présence de menthofurane – toxique à forte dose
La dose journalière d'un adulte de 50 kg est de 3,5 mg/personne/jour.  Attention surtout à la consommation d'huile essentielle


(*) Les lônes sont des bras en retrait du lit principal qui servaient à réguler le débit du fleuve, alimentées lors des crues ou par infiltration.  Elles disparaissaient depuis la mise en place des canaux de dérivation. Aujourd'hui celles qui ont été réaménagées sont des écosystèmes pour la préservation de la flore et de la faune.

mardi 22 octobre 2019

Croissance d'une petite tomate




Le plan a poussé spontanément dans une jardinière, mais seulement deux petites tomates sont arrivé à maturité. Heureusement que j'ai eu la bonne idée d'en photographier les étapes... pour le souvenir.

lundi 7 octobre 2019

mercredi 28 août 2019

Cirse ou chardon ?

Par facilité on appelle "chardon" toutes les fleurs dont les feuilles et les tiges portent des piquants. 



Si à droite il s'agit bien d'un chardon, sans doute un Onopordum acanthium (chardon aux ânes, onopordon fausse acanthe), à gauche il s'agit plutôt d'un cirse.

Caractéristiques communes et différences : toutes ces plantes appartiennent à la vaste famille des astéracées, ou composées, dans laquelles ce qu'on nomme improprement "fleur" est en fait un capitule comportant de très nombreuses fleurs appelées "fleurons", reposant sur un involucre de bractées elles aussi très nombreuses. Les chardons se différencient des cirses par leurs fruits, dont les aigrettes (ou pappus) sont des poils simples chez les chardons, des poils plumeux chez les cirses.


Pour le reste, la description est en gros similaire : ce sont des plantes herbacées très épineuses pratiquement dans toutes leurs parties. La tige est souvent ailée, au moins à la base (elle porte des ailes membraneuses terminées par des épines). Les feuilles sont alternes et dentées (dents épineuses). Les capitules, globuleux ou cylindriques, ont l'aspect de petites brosses. Le plus souvent pourpres ou roses, les fleurons sont tubuleux. Les bractées, disposées en plusieurs rangées, sont terminées elles aussi par des épines (quelques exceptions chez les cirses).
Il semble que la tige finale des cirses est souvent sans épines.



grand chardon 


champ de cirses 

Alors s'ils sont proches et souvent un cirse peut se nommer "chardon des champs" au point qu'il est difficile de les différencier,
par contre ne pas confondre : ici il s'agit de la bardane,

aux fruits "accrocheurs" qui ont inspiré le "velcro".  Avec lui on peut se retrouver "empégué".
NB : La grande bardane fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les domaines royaux par Charlemagne dans le capitulaire De Villis (fin du VIIIe ou début du IXe siècle).

samedi 3 août 2019

Les "astuces" de la carotte



... et un moyen de l'identifier


au centre de la fleur, une petite formation noire, qui est en fait un leurre pour les mouches : pour les attirer et qu'elles pollinisent la plante, elle déguise une partie de sa fleur en fausse mouche. 

PS : on aperçoit ma main en bas, il y avait tellement de vent que j'ai préféré tenir la fleur pour la photographier...

jeudi 1 août 2019

L'astragale "pois chiche"

Une découverte récente, il faut dire que l'on peut aisément passer "à côté" de cette petite plante qui fait tout pour se faire confondre avec n'importe quelle légumineuse. Mais ce qui a attiré mon regard ce sont ces formations noires et poilues, un peu incongrues, 

dimanche dernier je n'ai pris que cette photographie

 J'ai cherché, cherché un peu partout, et n'ai rien trouvé. J'ai donc demandé au groupe "Plantes sauvages comestibles et médicinales" sur Facebook et la plante a été identifiée avec cette seule photographie, bravo !

Il s'agit de l'astragale "pois chiche" - Astragalus cicer - il y a plusieurs espèces d'astragales (plus de 2500). 

Donc je suis retournée hier faire d'autres photographies de cette petite plante, son emplacement tout d'abord,


depuis le chemin, qui fait partie de la "Voie Bleue", au bord du Rhône, en contrebas de la digue. On aperçoit quelques gousses noires en bas dans le cercle blanc. Elle pousse donc au milieu des autres plantes dans ce qui est une friche, et plutôt près du chemin. 
En sachant ce que je devais chercher j'ai pu photographier les différentes étapes de la vie de la plante, 



De l'inflorescence en premier, puis à la formation des gousses d'abord de couleurs claire pour devenir foncées enfin. 

Il s'agit d'une plante de la famille des  Fabaceae, plutôt de zones sèches, de petite taille, couchée sur le sol. Il s'agirait d'une espèce vulnérable, protégée en Alsace.


J'ai trouvé une présence dans la pharmacopée, sous forme d'huile, en usage pour les voies respiratoires. Sa cousine  de Chine est aussi un puissant tonique. Il semble que les astragales doivent faire leurs preuves chez nous.


samedi 13 juillet 2019

Au coeur de fleurs minuscules




fleurs de succulentes  - 6 mm

et encore plus petit, les fleurs d'asparagus, 3mm

 Je n'ai pris qu'un tout petit bout de la photographie, c'est un peu limite.

Essais en macro, de mon petit automatique.

lundi 8 juillet 2019

La lysimaque commune - Lysimachia vulgaris





Photographiée hier soir sur les bords du Rhône, parmi les roseaux et les graminées, qui gênent un peu la prise de vue. Mais il s'agit bien de lysimaque. Je l'avais déjà repérée dans la lône de Gulherand, en juillet dernier, mais en moins grand nombre, voir ICI.

Si j'avais un doute alors quant à son identification, je n'en n'ai plus aucun ici. 


 
















même avec la gêne des herbes, on reconnait bien les fleurs, par rapport à la planche prise dans Wikipedia


Les graines 

 Plante herbacée qui pousse le long des rivières a aussi plusieurs cultivars, plantes facile de culture mais qui ont besoin d'humidité.
 voir sur le site "Promesses de fleurs"

vendredi 28 juin 2019

Les pivoines du Parc Jouvet








Du blanc au rose, un beau dégradé de couleurs pour ces extraordinaires pivoines arbustives. 
Les photos datent du 3 juin dernier, elles doivent être défleuries à présent, la canicule a du les achever.